Friday, 25 July 2008

Brancardier à St Vincent' Private hospital, Sydney

L’histoire commence mardi matin, rendez-vous avec la DRH de l’hôpital.

Passeport ?

TFN (Tax File Number, numéro pour les taxes) ?

Vaccins ?

Lettre de recommandation ? pardon ?!*ù^$s ??? Alors la je suis bluffé par les Australiens ! Moi qui pensait que les lettres de recommandations n’étaient faites que pour les entrées à l’internat… non ici à l’autre bout du monde, un bonne lettre de recommandation vaut plus qu’un diplôme de science po avec mention « toutes les ficèles de caleçon du jury. »

Bon passé cela, l’attente dure…

Jeudi, convocation pour training ! Donc découverte du lieu de travail : 700 lits. Un « bloc » entier dans la ville. Une flopée de praticiens. 10 étages.

Le job en lui-même : le même qu’en France, sauf qu’ici nous n’avons plus aucun contact avec les blocs (snif…). En plus d’être brancardiers, nous sommes les aides soignants aux « gros bras ». Spécialistes des relevages d’urgence en gériatrie, de l’aide à la satisfaction de besoin physiologiques de personnes obèses, de la préparation pré-op du patient, et j’en passe…

Bref, le champ d’activité est plus vaste !

Vendredi, au boulot !

J’ai donc eu mes premières mission effectives (ici tout se fait par bip, le pager, une sorte de portable dédié uniquement aux textos). Je me baladais donc dans l’hôpital en tenue réglementaire (c'est-à-dire : pantalon à pinces et polo…british quoi !) avec mon petit badge électronique…bref sympa !

Heureusement que mon anglais n’est pas trop pitoyable, parce que c’est toujours un peu chaud de travailler dans une langue étrangère…

Je m’excuse pour le manque de photos qui normalement agrémentent mon blog, mais je ne puis en publier beaucoup, confidentialité oblige. (Et aussi parce que ma mitrailleuse n’est pas très discrète)

No comments: